Saint-Jean-/Saint-Pierre : quel avenir pour le café associatif ?

Créé en juillet 2012, le « café associatif » de Saint-Jean/Saint-Pierre (Narbonne) avait été incendié en mars. L’enlèvement du préfabriqué, à l’initiative de la ville, a surpris et pose la question de l’avenir de ce lieu de rencontre.

P1040688 2Géré par l’association L’Arche, le café associatif du quartier Saint-Jean/Saint-Pierre n’existe plus, jusqu’à nouvel ordre ? Après l’incendie criminel (selon l’enquête de police) du mois de mars, il était fermé : le bâtiment préfabriqué n’avait pas été détruit mais il avait subi les conséquences d’une forte fumée. Les expertises d’assurance étaient en cours et l’assureur de L’Arche attendait le feu vert de la mairie pour envoyer une entreprise de dépollution concernant son matériel (la dépollution des murs relevant de l’assurance de la mairie).

Mardi 5 mai, les responsables de L’Arche ont été alertés par des habitants que le préfabriqué venait d’être emmené par un camion grue. Sans consultation ni même information préalable.

La municipalité est propriétaire du bâtiment, qui avait été mis à disposition de L’Arche en 2012 (par la municipalité de Jacques Bascou), dans le cadre du contrat urbain de cohésion sociale.

« J’ai téléphoné à la mairie », dit Samir Boumediene, le directeur de L’Arche. « Je ne suis pas parvenu à avoir une réponse ». Seule réponse, par presse interposée (cf. L’Indépendant du 07/05/2015), de Yamina Abed, adjointe au maire déléguée à la politique urbaine de proximité et à la vie des quartiers : « Ce local a été enlevé par souci de sécurité (…). Suite à différents problèmes rencontrés sur place, nous souhaitons engager une réflexion globale autour de ce lieu afin d’évaluer la pertinence de son repositionnement. »

Le maire, Didier Mouly, avec lequel nous avons pu avoir une conversation téléphonique, confirme : « L’enquête de police étant terminée, il était nécessaire d’enlever ce bâtiment, ce qui a été fait proprement, par une entreprise spécialisée, et d’envisager sa réparation, en fonction du coût et des indemnités d’assurance. » Selon lui, « il n’était pas nécessaire » d’informer l’association avant l’enlèvement, la mairie étant propriétaire.

A gauche, l'emplacement du bâtiment préfabriqué qui abritait le café associatif.

A gauche, l’emplacement du bâtiment préfabriqué qui abritait le café associatif.

Quid de l’avenir du local ? L’installation du café associatif il y a près de trois ans, rappelle Samir Boumediene, avait fait suite à une démarche à l’initiative du CJ11 (Collectif des Jeunes 11) puis à une concertation entre les associations (CJ11, L’Arche, ABP21, Maison des Potes, CIDFF), les institutions et les habitants. Depuis les années 70, le besoin a été exprimé, dans le quartier d’un lieu où se retrouver : « il n’y avait aucun lieu de rencontre… à part le supermarché Leclerc » où les habitants du quartier se croisent de fait. Le site choisi, rue Émile Eudes, était envisagé comme provisoire, avec un bâtiment préfabriqué, et une installation en dur avait été évoquée, éventuellement dans les anciens locaux de France Telecom (aujourd’hui In’ess).

Le café associatif semble apprécié des habitants du quartier. L’un des objectifs était de « lutter contre l’errance au bas des immeubles » ; plus largement, il s’agissait de répondre à la fois aux besoins des jeunes, à ceux des adultes et à ceux des personnes âgées. Le café a jusqu’à présent connu une bonne fréquentation, avec notamment des soirées après les matches de Coupe du Monde, des repas partagés, une fête des voisins…

Alors quel avenir pour le café associatif ? « Une réflexion est en cours », dit le maire de Narbonne. « L’Arche a ses locaux, où elle peut mener ses activités associatives. Concernant le café, nous devons réfléchir à sa nécessité, dans ce bâtiment, sur le terrain qui appartient à Domitia Habitat, et par rapport à la gestion de L’Arche. »

Didier Mouly précise sa pensée : « Un groupe avait un peu détourné l’objet initial de ce lieu. Certains riverains se sont plaints de nuisances sonores. »

Des observations qui étonnent Samir Boumediene. L’Arche, dit-il, avait consulté les voisins concernant le risque de bruit et il n’est pas au courant de plainte(s) ; les relations sont par exemple très bonnes avec les voisins les plus proches, les premiers concernés. Pour ce qui est de la fréquentation, le public du café était certes surtout jeune et masculin, dit-il. Ce qui montre que les jeunes du quartier se sont bien approprié ce lieu ; faut-il le regretter ? A côté de cela, un effort avait été fait pour susciter un projet spécifiquement féminin, avec succès. D’ailleurs, dit Samir Boumediene, ce sont actuellement surtout des femmes qui sont volontaires pour gérer le café.

De manière plus générale, dit le maire, « il faudrait que les relations soient moins agressives. » Il évoque une agression verbale, qui aurait été réalisée à l’encontre de Lucie Fadda, directrice du pôle Citoyenneté de la ville, par « des personnes non représentatives de L’Arche ». Plainte a été déposée contre cette ou ces personnes. Les faits semblent consécutifs à l’enlèvement du préfabriqué ; ils datent du 13 mai. « Il faut voir ce qui s’est passé en réalité », dit Samir Boumediene.

On constate, c’est vrai, une certaine tension suite à la disparition du café associatif.

L’Arche, pour sa part, a écrit (le 6 mai) au maire pour demander à le rencontrer et à pouvoir échanger sur l’avenir de ce lieu.

Au-delà des préjugés et de la méfiance réciproque, la détente et le dialogue pourront-ils prendre le relais ? L’enjeu en vaut la peine : il y va de l’animation du quartier dans la sérénité et de la place des jeunes dans le quartier et dans la ville.

Ph.C.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s